Visuel agissant en titre pour la page

Fatimata Wane est journaliste spécialiste du continent africain. Elle débute sa carrière au sein de l'équipe de 90 Minutes à Canal + où elle fait ses premières armes dans l'investigation aux côtés de Paul Moreira. Puis elle passe en presse écrite notamment au sein de la rédaction d’Africa International où elle réalise de nombreux articles qui feront la une. En 2006, elle rejoint à sa création, la rédaction de France 24, où elle exerce plusieurs métiers, dont chef d'édition, Newscoord au sein des échanges internationaux, chroniqueur, envoyée spéciale, reporter, sur des sujets différents autour de l’Afrique. Aujourd'hui, toujours au sein de cette rédaction, elle continue d'être force de propositions sur les sujets politiques, économiques, sociétaux mais surtout culturels autour du continent africain. Elle a reçu le prix Mondiapress 2018 qui récompense le meilleur journaliste de l'année ayant le mieux mis en valeur la culture africaine. Remis par une association de presse au siège de l'UNESCO.

Aujourd’hui, elle présente le Journal de l’Afrique de France 24 tous les vendredis et une émission mensuelle sur le web de débats autour des enjeux africains, “La Grande Palabre”. En 2019, elle fonde autour d’acteurs culturels de premier plan AAC55 | Action Africa C ulture, une initiative panafricaine dédiée à la promotion de la culture en Afrique. AAC55 souhaite œuvrer à la mise en place d’un réseau d’acteurs culturels pluridisciplinaire et international, primordial à l’essor des industries culturelles et créatives. Ce projet aboutira au plus grand sommet africain de la culture co-organisé avec l’UNESCO en décembre 2021.

Anciennement au poste de président du Conseil Régional de Souss-Massa-Draa de 2003-2007, puis Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, cet homme d’affaire marocain occupe depuis octobre 2021, les responsabilités de Chef du gouvernement du Maroc. Il est également Maire d’Agadir depuis cette même année.

Peintre et écrivain, Mahi Binebine a d’abord suivi une formation de mathématiques durant 8 ans avant de se consacrer à l’écriture et à la peinture. Grand succès, ses livres sont traduits en plusieurs langues et sont régulièrement récompensés. Son premier roman, Le Sommeil de l'esclave (Stock) paru en 1992 a obtenu le prix Méditerranée. Quelques années plus tard, Mahi Binebine est récompensé par le prix de l’amitié franco-arabe pour Pollens (2001) et par le prix du Roman arabe pour Les Étoiles de Sidi Moumen en 2010. En mai 2019, son livre Rue du Pardon est sélectionné par le jury du prix Renaudot pour participer à la compétition.
Quant à ses peintures, une de ses collections est exposée de manière permanente au musée Solomon R. Guggenheim de New York. Sa dernière exposition en décembre 2020 nommée « Horizons obliques » était la première à avoir lieu à Marrakech.

Elle faisait suite à la crise mondiale du Covid-19 et invitait les spectateurs à méditer sur des concepts sociaux tels que la coexistence et la solidarité.
Mahi Binebine a également été lauréat, en novembre 2011 dans le secteur de la culture, du Trophée de la Diplomatie publique remis à Rabat, pour sa contribution au rayonnement du Maroc à l'étranger.

Fils du premier maire de Bouaké, Nicolas Djibo effectue ses études secondaires en France et y obtient son baccalauréat en 1968. Suite à l’obtention d’une maitrise en économétrie et un DES en gestion, il retourne en Côte d’Ivoire où il devient vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire. De 2012 à 2016, il en est même le Président. La même année, il récupère le poste de Président du conseil d’administration de la société de développement touristique de la région des lacs.

Membre du Conseil d’administration du Port autonome d’Abidjan à partir de 2002, il entre aussi au Conseil d’administration de la Banque nationale d’investissement (BNI) en 2007. En 2013, il est élu aux élections municipales de Bouaké et devient le sixième maire de la ville.

Koen Doens est le directeur général des Partenariats internationaux pour la Coopération internationale et le Développement à la Commission européenne, depuis octobre 2019.
Il a rejoint la Commission en 2004 en tant que chef de cabinet de Louis Michel, commissaire chargé du Développement et de l’Aide humanitaire lors de la 1ère Commission Barroso (2004-2010) puis chef du service des porte-paroles de la Commission lors de la 2ème Commission Barroso (2010-2014).

Après une période en tant que directeur des relations UE-Afrique, il est devenu en mars 2018, directeur général adjoint chargé de l’Afrique, de l’Asie, du Moyen-Orient/du Golfe, du Pacifique, de l’Amérique latine et des Caraïbes au sein de la direction générale de la Coopération internationale et du Développement. Philologue classique de formation, il a été professeur de latin et de grec avant de devenir un diplomate belge. Il a été détaché en Syrie, en Iran et en Russie et dans plusieurs cabinets ministériels belges.

Titulaire d’un DESS Banque et Finance obtenu à l’Université Paris Dauphine et diplômée de l’ESCP Business School en 1993, Valérie-Noëlle Kodjo Diop a débuté sa carrière l’année suivante au sein du groupe bancaire Société Générale, en tant que Spécialiste du financement structuré des matières premières sur le Continent africain. Après 11 années passées à Paris, elle déménage à Johannesburg et rejoint la banque BNP Paribas en 2005, où elle occupe successivement les postes de Responsable des financements structurés Matières Premières et infrastructures pour l’Afrique Australe, puis Directrice Générale de la Succursale CIB d’Afrique du Sud et Directrice du Territoire.

En mai 2017, de retour sur Paris, elle devient Directrice Innovation et RSE au sein de la Direction-Réseaux Bancaires Internationaux et Services Financiers pour la région Afrique-Bassin Méditerranéen-Outremer (AFMO) chez le Groupe Société Générale. Elle évolue aujourd’hui à la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) au poste de Directrice du développement durable et de l’Innovation.

Suite à ses études de droits menées à l’Université d’Odessa de 1990 à 1995, Andriy Kostin commence sa carrière professionnelle au poste d’avocat, chez Polonsky & Partners. Par la suite, il change de cabinet à plusieurs reprises, occupant autant des postes à l’étranger que dans d’autres organisations d’avocats d’Odessa. Ainsi, en 1998, il devient directeur-adjoint puis directeur du cabinet Pravo.

De 2019 à 2022, Kostin est membre du Parlement Ukrainien (Verkhovna Rada), rattaché au parti « Serviteur du peuple ». Il est d’ailleurs, pendant deux ans (2020-2022) chef du comité de politique juridique. Il est élu le 27 juillet 2022 le nouveau procureur général d’Ukraine, en remplacement d'Iryna Venediktova.

Diplômé de l'Ecole des hautes études commerciales (HEC), de Sciences-Po Paris et ancien élève de l'ENA, Aurélien Lechevallier a débuté sa carrière en 2004 au ministère des affaires étrangères comme adjoint puis chef de bureau, avant de devenir conseiller du directeur de la coopération internationale et du développement. 3 ans plus tard, il est envoyé au département d’Etat américain à Washington pour occuper la fonction de premier secrétaire à l’ambassade de France aux Etats-Unis d’Amérique. En 2010, il déménage au Liban, où il occupe successivement les responsabilités de deuxième conseiller, conseiller d’action et de coopération culturelles puis directeur de l’Institut français de Beyrouth à l’ambassade de France du ledit pays.

De retour en France, il est détaché à la présidence française en tant que conseiller diplomatique auprès de l'envoyé spécial pour la conservation de la planète du président de la République française de 2013 à 2014. Puis, jusqu’en 2016, il est détaché à la Ville de Paris comme conseiller diplomatique et délégué général aux relations internationales.

A partir de 2017, et ce durant 5 mois, il évolue en tant que chargé de mission au Ministère des Affaires Etrangères, avant d’être mis à la disposition de la Présidence de la République en qualité de conseiller diplomatique adjoint de Emmanuel Macron, Président de la République. En 2019, il est nommé ambassadeur en Afrique du Sud.

Depuis le 3 octobre 2022, Aurélien Lechevallier est directeur général de la mondialisation, de la culture, de l’enseignement et du développement international au ministère de l’Europe et des affaires étrangères, en remplacement de Michel Miraillet.

Issu de la promotion de 1976 de l’ENA en 1976, Patrick Lefas entame sa carrière professionnelle par le poste d’administrateur civil au Ministère de l’Economie et des Finances. 8 ans plus tard, après avoir successivement occupé les responsabilités de chargé de mission auprès du président de la SNIAS et chargé de mission au cabinet du Premier Ministre Pierre Mauroy, Patrick Lefas devient Directeur de cabinet du ministre délégué à la coopération et au développement.

En 1990, après avoir évolué pendant quelques années au sein de la direction des relations économiques extérieures, Patrick Lefas accède au poste de chef de service au ministère des affaires étrangères. En 1994, il devient directeur des affaires internationales et européennes à la Fédération française de sociétés d’assurance.
Il poursuit ensuite sa carrière professionnelle à la Cour des comptes, au point d’être en 2015, le Président de la sixième chambre de la Cour des comptes en qualité de Président de chambre maintenu.

Aujourd’hui président de Transparency international France, Patrick Lefas s’est engagé depuis 2020 dans la lutte contre la corruption en rejoignant la section française de Transparency International, organisation présente dans plus de 100 pays et luttant contre ce fléau. Il reste par ailleurs président de chambre honoraire à la Cour des comptes, vice-président du Conseil des prélèvements obligatoires, président de formation de jugement à la Cour nationale du droit d’asile, président du Comité national de l’organisation sanitaire et sociale.

Après l’école des Beaux-Arts à Dakar et le conservatoire de Paris, Baaba Maal rejoint le groupe Lasly Fouta, avec lequel il sillonne l’Afrique de l’Ouest en compagnie de 70 autres musiciens. En 1985, il forme à Dakar le groupe Daande Lenol avec Mansour Seck. Son premier album intitulé Wango parait 3 ans après. De 1990 à 1993, Baaba Maal enregistre Taara, Baayo et Lam Toro, trois albums qui lui apportent une reconnaissance en Europe et lui ouvrent les portes des tournées mondiales. En 2017, Baaba Maal reçoit le prix des Arts des mains du Président du Sénégal. 2 ans plus tard, il obtient le prix de la meilleure musique de film grâce à sa participation à la bande originale du film Black Panther où il donne sa voix à plusieurs morceaux. On le retrouvera d’ailleurs prochainement dans la bande-son de la suite du film, Black Panther 2.

Ambassadeur de l’Afrique, son engagement dépasse largement le cadre musical puisqu'il est aujourd'hui représentant de l’Ambassadeur pour la terre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Il a d’ailleurs été le seul artiste sénégalais invité à la Conférence de Copenhague sur le sujet en 2009.

Titulaire d’un Master (MSC) en ingénierie industrielle et gestion, Paul Maasseen a débuté sa carrière au sein de l’organisation de développement hollandaise Hivos. Au poste de responsable de programme pour le programme global ICT& Media, il a découvert pendant 7 ans les complexités du monde de la finance. Puis, après avoir été responsable des finances et des partenariats pour l'Initiative mondiale Climat et Energie du WWF International, Paul Maassen travaille depuis juin 2012 pour l’Open Governement Partnership au poste de Chef du soutien aux pays.

Paul Maassen a également participé à la mise en place de l'initiative de l'agence citoyenne est-africaine Twaweza et a acquis une expérience au sein du secteur privé en travaillant pour la société néerlandaise de télécommunications KPN.

Titulaire d’un DEA en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris, Achille Mbembe obtient également un doctorat en histoire en 1989 à l’Université de la Sorbonne. Cet historien camerounais s’essaye ensuite au professorat pendant plusieurs années, en enseignant dans de nombreuses universités américaines. (Columbia, Pennsylvanie…). Après son expérience américaine, il devient en 1996, le secrétaire général pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique, poste qu’il occupe jusqu’en 2020.

Diplômé de Harvard Collège en psychologie, Tom Osborn est né dans la campagne kenyane. Brillant entrepreneur, il cofonde à 18 ans l’entreprise sociale GreenChar, qui fournissait de l'énergie propre aux foyers et aux institutions du Kenya rural et des bidonvilles urbains. Il reçoit pour cette innovation, le prix l'Echoing Green Fellowship récompensant les meilleurs entrepreneurs sociaux du monde. À 19 ans, il est parmi les plus jeunes personnes à être nommé sur la liste Forbes des "30 under 30" dans le domaine de l'entrepreneuriat social. D’autres prix récompensent son travail, comme le prix Anzisha Prize Energy Award décerné en 2014 ou celui du Women Deliver Social Entrepreneur Award en 2016. Le magazine Salt l'a également inscrit dans la liste des 30 entrepreneurs sociaux de moins de 30 ans.

Tom Osborn est aussi le fondateur et le PDG de Shamiri. Cette organisation, dirigée par des jeunes, œuvre à fournir des soins de santé mentale abordables, alors même que les professionnels de la santé mentale sont plutôt rares dans le pays et que la recherche d’aide est ralentie par la stigmatisation.

Jérémie Pellet a rejoint Expertise France en décembre 2018. Il était précédemment directeur général délégué de l’Agence française de développement (AFD), chargé des activités de l’agence avec les collectivités locales, les entreprises publiques, le secteur privé et les ONG, et de coordonner la stratégie, la communication, les partenariats, la recherche et l’innovation. Il vice-présidait le conseil d’administration de Proparco, la filiale secteur privé du groupe AFD, et présidait son comité d’investissement. Il était également membre du conseil d’administration d’Expertise France et de Bpifrance Financement.
En 2009, Jérémie intègre BNP Paribas comme responsable des affaires réglementaires de la banque de financement et d’investissement, en charge notamment de la mise en place de Bâle 3, avant de rejoindre en 2012 le département de marché « taux, obligations et changes » (Fixed Income) de la banque. Il rejoint Manuel Valls à son arrivée à Matignon en 2014 pour suivre les sujets économiques et financiers, dont la loi Macron, le projet de rapprochement entre l’AFD et la CDC et la création d’Expertise France.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Strasbourg, il a commencé sa carrière au ministère des Affaires étrangères, avant d’intégrer l’École nationale d’administration (promotion Léopold Sédar Senghor). A sa sortie, il rejoint le ministère de l’Économie et des Finances. Après avoir passé trois ans au bureau du contrôle des concentrations et des aides de la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes, il intègre CDC Entreprises (aujourd’hui Bpifrance Investissement), filiale de capital-investissement du groupe Caisse des dépôts, comme directeur d’investissement, où il gère un portefeuille de participations dans le Sud de la France, en Corse, dans les DOM-TOM et au Maghreb, les relations avec Proparco et les fonds de capital-investissement communs avec l’AFD en outre-mer.

Après l’obtention d’un baccalauréat en anthropologie, d’une maitrise en muséologie et d’un certificat en intervention multiethnique à l’Université de Montréal, Valérie Plante accède au poste de chargée des communications du Musée d’art contemporain, du Centre d’Exposition de l’Université de Montréal et du Festival international de nouvelles danses de Montréal en 2001. 3 ans plus tard, elle devient directrice du réseau national de la Fondation filles d’action. Elle change d’emploi en 2011, pour celui de conseillère en communication de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux du Québec.

Depuis 2013, Valérie Plante s’est tournée vers la politique et a été élue conseillère de ville dans le district de Saint-Marie. 4 ans plus tard, en 2017, elle est la première femme à devenir mairesse de Montréal. Elle a été réélue en 2021. Valérie Plante siège aussi au conseil d'administration de l'Institut Broadbent depuis 2014.

Diplomée de l’Institut d’études politiques de Paris en 1987, de l’Ecole nationale d’administration en 1990 (promotion Jean Monnet) et de la Harvard Kennedy School (programme « Senior management in government ») en 1993, Odile Renaud-Basso exerce, à la fin de ses études, plusieurs fonctions au sein de la direction générale du Trésor. Puis, pendant 5 ans (2005-2010), elle occupe le poste de directrice des affaires économiques et financières à la Commission européenne. Fin 2010, elle est chargée de la gestion de la crise de la zone euro au travers de ses responsabilités de chef de cabinet adjoint du président du Conseil Européen.

En mai 2012, elle rejoint le cabinet de Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre. Elle occupe ce poste jusqu’en septembre 2013, date où elle devient directrice générale adjointe de la Caisse des dépôts et consignations. 3 ans plus tard, elle est nommée directrice générale du Trésor, première fois pour une femme. Depuis octobre 2020, elle est présidente de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Expert en économie et fin connaisseur des institutions financières internationales, Rémy Rioux a exercé des fonctions de haut niveau au cours d’une carrière consacrée au développement et à l’Afrique. Après avoir été directeur de cabinet du ministre français de l’Économie et des Finances Pierre Moscovicvi, il a été nommé par Laurent Fabius secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et a coordonné l’agenda finance pour la présidence française de la COP21 jusqu’à la négociation finale de l’Accord de Paris sur le climat.
Rémy Rioux a pris en 2016 la direction de l’Agence française de développement, qui a vu son mandat élargi et ses moyens accrus. Il a été reconduit dans ses fonctions en 2019 pour un deuxième mandat. En 2017, Rémy Rioux a également été élu président de l’International Development Finance Club (IDFC), un groupe qui rassemble les 26 plus grandes banques de développement nationales et régionales du monde, et l’un des plus importants pourvoyeurs de financement public pour le développement et le climat.

En novembre 2020, Rémy Rioux a accueilli à Paris le Sommet Finance en commun qui a réuni, pour la première fois, les 450 banques publiques de développement du monde, qui forment désormais une coalition mondiale pour faire évoluer collectivement leurs stratégies, modèles d’investissement, activités et modalités de fonctionnement pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) et de l’Accord de Paris.
Rémy Rioux est l’auteur de Réconciliations, un essai dans lequel il appelle à réinventer la politique de développement alignée sur les ODD et l’Accord de Paris.

Josefa Cariño Tauli (Sefa) est une jeune indigène Ibaloi-Kankanaey Igorot de la Cordillère, aux Philippines. Elle est membre du comité directeur et coordinatrice politique du Réseau mondial des jeunes pour la biodiversité (GYBN), la plateforme internationale de coordination des jeunes et le groupe de pression de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique. Avocate dévouée d'un engagement significatif des jeunes, des droits de l'homme et des droits et connaissances des peuples autochtones, elle joue un rôle actif dans les efforts de renforcement des capacités du GYBN et dans sa participation aux processus politiques mondiaux en matière de biodiversité. Elle est également responsable du plaidoyer de Partners for Indigenous Knowledge Philippines, un réseau d'apprentissage d'organisations et d'individus dont les initiatives visent à promouvoir et à renforcer le savoir autochtone.
En 2020, National Geographic avait intégré Josefa Tauli à sa cohorte d’automne 2020 des jeunes explorateurs.